Facebook empêche la diffusion de publicités défendant la Journée mondiale de lutte contre le sida

Hier, en raison de la Journée mondiale de lutte contre le sida, Checkpoint Zurich, un centre de santé homosexuel a décidé de mettre en place une campagne de publicité en ligne pour mettre en avant son établissement. Qui dit publicité en ligne, dit sois Google, sois Facebook, pour espérer avoir un minimum de retombées. Problème, l’entreprise de Mark Zuckerberg a rejeté par deux fois la proposition de Checkpoint pour promouvoir une vidéo sur le réseau social.

Facebook s’est justifié en répondant que cette vidéo contient « des images sexuelles ou insinuantes, de la nudité et des personnes en poses insinuantes ou en actes sexuellement provocateurs ». Checkpoint Zurich est fréquemment confronté à des cas comme celui-ci. Très souvent les publicités de l’organisme ne sont pas acceptées par Facebook, que ce soit sur le réseau social du même nom, ou sur Instagram. À chaque fois, les raisons sont les mêmes : « les publicités montrent des images sexuelles ou des actions provocatrices ».

Ce week-end, deux nouvelles campagnes publicitaires viennent d’être rejetées. La première évoquait simplement l’importance de la Journée mondiale de lutte contre le sida, quant à la seconde, elle mettait en avant les bienfaits des traitements proposés au Checkpoint Zurich pour les personnes séropositives.

Par deux fois, Facebook s’est opposé à la publication de ces vidéos, les véritables termes de ces refus sont les suivants : « contenu pour adultes : les publicités ne doivent pas utiliser des mots ou des images à caractère sexuel ou offensant. Évitez la nudité, les gens en poses insinuantes ou les actes sexuellement provocateurs. »

Ces vidéos présentent plusieurs plans sur lesquels ont peut apercevoir des drag queens, des transgenres, des gâteaux de mariage gay, mais aussi un astronaute brandissant un drapeau arc-en-ciel sur la Lune, ou des sujets plus sérieux comme un couple gay chez le médecin, un test VIH et surtout deux hommes qui s’embrassent avec fierté. C’est sûrement ce dernier plan qui a déplu à Facebook.

Bastian Baumann, responsable du Checkpoint Zurich, prend la parole à ce propos : « Il est devenu extrêmement difficile sur Facebook et Instagram d’acheter de la publicité pour notre cause parce que deux hommes qui s’embrassent ou un simple travail de prévention sur le VIH et les autres IST sont toujours trop délicats pour les plateformes de médias sociaux, les nombreuses fake news, les vidéos violentes ou les appels à la haine font le tour du monde Facebook sans être inquiétés, sans pour autant sembler les déranger ».

Pour le moment, Facebook n’a pas communiqué à ce sujet, il est fort probable qu’un communiqué soit publié dans les prochaines heures.

Auteur de l’article : manuboss

Laisser un commentaire