Développement mobile multiplateforme 2020: tendances et cadres


Au fil des ans, le développement mobile multiplateforme a acquis la réputation d’être l’une des tendances de développement logiciel les plus populaires. Et cela ne devrait pas surprendre. L’adoption de l’approche multiplateforme permet aux ingénieurs de créer des applications pour différentes plates-formes avec une seule base de code, économisant ainsi du temps, de l’argent et des efforts inutiles.

L’état actuel du mobile

Commençons à partir de zéro et discutons de l’état actuel du marché numérique. En décembre 2019, il y avait plus de 4,5 milliards d’internautes actifs. En moyenne, chacun d’eux a parcouru le net pendant 6 heures 42 minutes, ce qui équivaut à plus de 100 jours en ligne chaque année.

Ensemble, avec le désir toujours croissant de garder la masse massive d’informations en ligne à portée de main, les statistiques susmentionnées fournissent une explication logique pour expliquer pourquoi les applications mobiles sont à la mode ces jours-ci. En 2019, les revenus mondiaux des applications mobiles s’élevaient à 461 milliards de dollars américains et, d’ici 2023, les téléchargements payants et les publicités intégrées aux applications devraient générer plus de 935 milliards de dollars de revenus.

Choix de développement mobile que vous pouvez faire

Nous avons établi que les applications sont non seulement populaires auprès des utilisateurs d’Internet modernes, mais également très lucratives pour leurs propriétaires. Compte tenu de ces deux facteurs, je dirais qu’il y a de fortes chances que votre plan d’affaires implique d’en créer un. L’astuce consiste cependant à choisir la bonne voie de développement d’applications mobiles.

Il y a dix ans, les entrepreneurs devaient décider quels systèmes d’exploitation mobiles leur produit devait couvrir: Android, iOS, Microsoft, RIM ou Symbian. Aujourd’hui, les fondateurs de startups sont confrontés à un dilemme différent. Avec Android et iOS représentant 98% de la part de marché totale des OS mobiles, il est évident que ces deux ne doivent pas être négligés. La question demeure: quelle approche adopter pour créer une application disponible sur les deux plates-formes? Il y a trois façons de procéder.

Une application native pour chaque système d’exploitation

La solution native, comme son nom l’indique, suppose de développer une application avec le langage de programmation natif d’une plateforme donnée: Java ou Kotlin pour Android et Objective-C ou Swift pour iOS. Étant spécifique au système, le développement d’applications natives peut être considéré comme une bénédiction mitigée.

D’une part, il donne accès à toutes les fonctionnalités d’un système d’exploitation donné, permet une personnalisation illimitée de l’interface et empêche tout problème de performances. D’un autre côté, si vous souhaitez toucher les deux types d’utilisateurs, il vous suffit de créer deux applications distinctes, ce qui nécessite plus de temps, d’argent et d’efforts.

Application Web progressive

Attendez, ne parlons-nous pas de solutions mobiles? C’est vrai, mais les applications Web peuvent très bien faire le travail d’une application mobile. Un bon exemple est celui de Progressive Web Apps (PWA), qui sont essentiellement des sites Web qui imitent le comportement des applications natives (par exemple, en envoyant des notifications push, en travaillant hors ligne ou simplement en étant ajoutés à l’écran d’accueil de l’appareil mobile). Cependant, comme toute autre option, les PWA ne sont pas parfaits, car ils consomment plus de batterie et ne peuvent pas accéder à toutes les fonctionnalités d’un appareil donné.

Une application multiplateforme pour deux systèmes

Enfin, le développement multiplateforme permet de couvrir deux systèmes d’exploitation avec un seul code. Il ne suppose pas d’écrire du code avec un langage de programmation natif; cependant, si vous y regardez de plus près, vous remarquerez qu’il garantit une expérience presque native grâce à l’interface de rendu utilisant des contrôles natifs.

Le développement mobile multiplateforme est-il le bon choix pour moi?

Avec au moins trois façons différentes de concrétiser votre idée d’entreprise d’application mobile, vous vous demandez peut-être comment choisir la plus appropriée. Ci-dessous, vous trouverez une liste de critères que vous devez prendre en considération si vous souhaitez faire un choix vraiment éclairé.

Plateformes

Tout d’abord, vous devez décider si votre application sera disponible sur un ou plusieurs systèmes d’exploitation. Si vous ciblez un public plus large composé d’utilisateurs de différentes plates-formes, le développement multiplateforme sera la solution idéale. S’il vous suffit d’atteindre uniquement les utilisateurs Android ou iOS, en revanche, fournir une expérience utilisateur sans faille avec une solution native sera votre priorité.

Complexité

Ce critère concerne jusqu’où vous souhaitez aller avec le produit. Une façon de résoudre ce problème consiste à préciser si vous visez à tester votre vision avec un MVP ou si vous êtes prêt à démarrer avec une application à part entière. L’autre question à laquelle vous devez répondre est celle des fonctionnalités de votre produit (par exemple, l’accès au matériel de l’appareil mobile ou aux fonctions spécifiques à la plate-forme).

Sentiment natif

La prochaine chose à considérer est la façon dont votre application mobile devrait se sentir native pour l’utilisateur. La conception de l’application mobile en gardant à l’esprit Material Design (pour Android) ou les directives d’interface humaine (pour iOS) rend le produit numérique intuitif et convivial. Mais, vous pouvez obtenir un effet similaire avec certains des cadres multiplateformes les plus populaires.

Prix ​​et temps

Une chose est sûre: le développement natif n’est ni bon marché ni rapide. La création d’applications distinctes pour différentes plates-formes nécessite d’employer un plus grand nombre de développeurs, ce qui peut amener un entrepreneur fraîchement créé à dépasser le budget serré du projet tôt. Dans le même temps, en optant pour l’approche multiplateforme, vous finirez par sous-traiter une équipe plus petite mais tout aussi professionnelle, ce qui est à la fois efficace et rentable.

Avantages (et inconvénients) du développement d’applications mobiles multiplateforme

Supposons que vous vous êtes posé toutes les questions ci-dessus et que vous êtes arrivé à la conclusion que le développement natif n’est pas votre tasse de thé. Vous vous orientez vers le développement d’applications mobiles multiplateformes, mais avant de lancer le dé, vous devez effectuer une analyse approfondie des avantages et des inconvénients de cette solution. Vous avez peur que la recherche prenne trop de temps? Ne vous inquiétez pas, nous avons ce qu’il vous faut.

Avantages du développement d’applications mobiles multiplateforme

Vous avez probablement conclu que nous ne consacrerions pas un article détaillé à l’approche multiplateforme s’il n’était pas avantageux pour toutes sortes d’entreprises, allant des startups aux grandes entreprises. Et vous aviez raison de le faire. En choisissant de créer votre produit numérique avec une infrastructure mobile multiplateforme, vous bénéficierez des avantages suivants:

Portée plus large du marché

Bien que chacun de nous ait ses systèmes d’exploitation mobiles préférés, vous ne devez pas laisser vos préférences personnelles entraver le succès de votre entreprise. En rendant votre application mobile également accessible aux passionnés d’Android et d’iOS, vous préparez la voie à une augmentation significative des revenus à l’avenir.

Une base de code

Comme son nom l’indique, l’approche multiplateforme vous permet d’écrire du code qui couvre plusieurs systèmes d’exploitation à la fois. Bien sûr, il y aura des cas dans lesquels la gestion des différences de plate-forme nécessitera plus de temps et d’efforts. Néanmoins, une seule base de code influencera sûrement toutes les étapes du développement logiciel en vous permettant d’économiser de l’argent que vous dépenseriez normalement pour réparer et mettre à niveau deux ensembles de code distincts.

Déploiement plus rapide et moins cher

Bien qu’il ne nécessite qu’une seule base de code, le développement d’applications multiplateformes exige toujours que les développeurs réfléchissent aux moyens de gérer les différences de système d’exploitation, telles que l’interface utilisateur ou les procédures de publication de magasin spécifiques à la plate-forme.

Dans le même temps, on ne peut nier que cette approche réduira le temps de l’esquisse au lancement. Cela, à son tour, peut se traduire par la possibilité d’économiser une grande partie du budget initial du projet, que vous pourrez ensuite consacrer à perfectionner votre application en fonction des commentaires des utilisateurs.

Cohérence de la plateforme

Il ne fait aucun doute qu’Android et iOS diffèrent considérablement en termes d’UX et d’UI. Avec le développement d’applications multiplateformes, la plupart de ces disparités sont gérées par défaut, ce qui rend les incohérences de conception et de navigation moins susceptibles de se produire.

Ce qui peut mal tourner

Malgré tous les avantages mentionnés ci-dessus, le développement d’applications multiplateforme n’est pas uniquement un jeu et un plaisir, comme vous le soupçonnez peut-être déjà. Les principaux inconvénients de cette approche incluent des performances potentiellement inférieures et des UX et UI inférieurs.

Cadres de développement mobile multiplateforme à considérer en 2020

Le développement d’applications mobiles multiplateforme présente à la fois des avantages et des inconvénients. Mais, si vous lisez toujours ce guide, les avantages l’emportent sur les inconvénients de votre point de vue. Et vous n’êtes pas le seul à reconnaître la valeur de cette approche. En fait, la demande toujours croissante d’applications mobiles multiplateformes a abouti à une multitude d’outils spécifiques à la disposition des entreprises de nos jours.

Nous savons que la surcharge de choix peut vous donner de sérieux maux de tête. C’est pourquoi, dans ce guide, nous nous concentrons uniquement sur les principaux cadres de développement mobile multiplateforme: React Native, Flutter, NativeScript et Xamarin.

Pour vous donner une meilleure idée de ce qui fait de chacun de ces outils une option viable pour le développement de logiciels en 2020, nous les examinerons selon les critères suivants: support communautaire, langages de programmation sur lesquels ils sont basés, réutilisabilité du code, performances, interface, et des applications de premier plan construisent avec leur utilisation.

React Native

React Native est un Open source, framework de développement d’applications multiplateformes publié par Facebook en 2015. Né d’un produit d’un hackathon interne organisé en 2013, il est devenu l’une des alternatives les plus populaires au développement natif avec 2 043 contributeurs GitHub et plus de 82 900 stars GitHub. La reconnaissance croissante de la communauté est ce qui rend relativement facile de trouver une équipe de développeurs fiable et compétente pour lancer votre projet React Native.

Apprenez une fois et écrivez n’importe où

Basé sur React.JS, React Native utilise JavaScript (qui, soit dit en passant, est le langage de programmation le plus populaire selon le Enquête Stack Overflow 2019) pour offrir aux utilisateurs d’Android et d’iOS un aspect et une convivialité véritablement natifs d’une application. Ce qui distingue ce framework de la foule, c’est que, le cas échéant, React Native vous permet d’utiliser Java, Objective-C ou Swift pour écrire des modules natifs chargés de gérer en douceur des opérations complexes comme la lecture vidéo ou l’édition d’images.

Bien que ces composants ne puissent pas être partagés entre les différentes plates-formes et nécessitent plus de travail de la part des développeurs, jusqu’à 90% de React Native Codebase peuvent être réutilisés. Cette valeur montre assez bien que la devise du framework n’est pas «écrire une fois, utiliser partout» mais plutôt «apprendre une fois, écrire n’importe où».

En ce qui concerne l’interface graphique, React Native peut fournir une expérience utilisateur presque native grâce à l’utilisation de contrôleurs natifs à la fois pour Android et iOS. Il utilise également la bibliothèque ReactJS avec des éléments d’interface utilisateur, ce qui permet d’accélérer le processus de conception d’interface utilisateur. Un autre facteur lié à l’interface qui rend ce cadre particulier intéressant à considérer lors du développement d’une application mobile est rechargement à chaud qui permet d’apporter des modifications à l’interface utilisateur sans perdre l’état de l’application.

Parlant de ce qui fait de React Native l’un des cadres de développement mobile multiplateforme incontournables en 2020, il serait dommage de ne pas mentionner les mises à jour régulières qui aident le cadre à mieux répondre aux besoins des développeurs et des utilisateurs. Les versions 0.60 et 0.61 ont introduit par exemple:

  • Améliorations multiples de l’accessibilité.

  • Un écran de démarrage remanié, plus clair et plus convivial.

  • Actualisation rapide, qui fusionne le rechargement en direct et à chaud, accélérant ainsi considérablement le processus de développement.

Et souvenez-vous – ce n’est qu’un petit échantillon de la façon dont React Native s’adapte aux attentes changeantes.

Battement

Le deuxième cadre à considérer en 2020 est Flutter. Annoncé à Google I / O 2017 et sorti en 2018, il est toujours un débutant dans le monde multiplateforme. Néanmoins, avec plus de 80 500 GitHub stars et la grande majorité des ingénieurs le surnommant l’un des trois frameworks les plus appréciés dans l’enquête Stack Overflow 2019, Flutter est sans aucun doute une force avec laquelle il faut compter.

Comment Dart fait flotter unique en son genre

Le langage de programmation derrière Flutter est Dart, que Google appelle «optimisé pour le client» et adapté pour créer des «applications rapides sur n’importe quelle plate-forme». Introduit en 2011, c’est un langage orienté objet réactif qui est considéré comme relativement facile à apprendre pour deux raisons: premièrement, il puise dans C / C ++ et Java; deux, sur Site officiel de Dart, vous trouverez une documentation complète et assez simple. Il convient également de mentionner que Dart est fourni avec un important référentiel de Logiciels compatibles Flutter, ce qui vous permet de rendre votre application encore plus complexe.

Un avantage majeur de Flutter est qu’il fonctionne mieux que tout autre cadre de développement mobile multiplateforme mentionné dans cet article. Cela peut être attribué aux compilateurs natifs de Dart et à Flutter ayant son propre ensemble de widgets. Le résultat? Communication plus rapide et directe avec la plate-forme grâce à l’absence de pont JavaScript (comme c’est le cas avec React Native, par exemple). En parlant de widgets: avec l’approche «UI-as-a-code» de Flutter, ils sont écrits uniquement avec Dart, ce qui se traduit par une réutilisabilité accrue du code.

L’efficacité est inextricablement liée à l’expérience utilisateur et à l’interface. Comme mentionné précédemment, plutôt que de s’appuyer sur un ensemble de composants natifs, Flutter utilise le visuel, la structure, la plate-forme et l’interactivité widgets pour Material Design et Cupertino, tous rendus par le moteur graphique du framework. De plus, Flutter laisse beaucoup de place à la personnalisation et met l’accent sur les détails visuels, ce qui en fait un bon choix si vous cherchez à concevoir une interface parfaite en pixels.

En ce qui concerne les mises à jour de Flutter, la dernière version stable a eu lieu le 12 décembre. la note de sortie officielle, cela impliquait la fusion de près de 2 000 demandes de pull de 188 contributeurs. Parmi les améliorations introduites dans la version 1.12.13, il y a:

  • Breaking API changes.

  • Nouvelles fonctionnalités, telles que le widget SliverOpacity et SliverAnimatedList.

  • Correction des plantages, des problèmes critiques des clients et des problèmes de performances.

  • Support Web dans le canal bêta.

Il ne s’agit en aucun cas d’une liste finalisée, car l’objectif de Flutter est de faire en sorte que chacune des quatre versions qui se produisent chaque année agisse comme une étape vers une plus grande facilité d’utilisation du cadre.

Flutter est un jeune framework de développement d’applications mobiles multiplateforme; ainsi, il ne devrait pas être surprenant qu’il n’ait pas été adopté par autant de gros chats que React Native. Cela ne signifie pas pour autant que Flutter ne se porte pas bien sur les terrains de jeux numériques. Depuis décembre 2019, il constitue le cœur des applications Alibaba, Google Ads, Groupon, Philips Hue ou Hamilton, pour n’en nommer que quelques-unes.

NativeScript

Si vous êtes sur le point de commencer à travailler sur votre produit révolutionnaire, React Native et Flutter ne sont pas les seules solutions disponibles. NativeScript est un autre cadre qui pourrait s’avérer parfait pour votre entreprise au début des années 2020.

Cette framework open-source a été rendu public en mars 2015 et est rapidement devenu une solution populaire. Par exemple, en seulement deux mois après son lancement, il a reçu 3 000 étoiles GitHub et a attiré l’attention de plus de 1 500 abonnés sur Twitter. À ce jour, il existe plus de 700 plugins disponibles sur le marché.

Lors de la création d’une application multiplateforme avec NativeScript, les développeurs écrivent d’abord du code en JavaScript et son sur-ensemble, TypeScript. Ensuite, la base de code est compilée dans des langages de programmation natifs des plates-formes respectives. Un avantage technologique majeur du cadre de Telerik est qu’il donne aux ingénieurs logiciels une grande liberté en termes de choix de la pile technologique qui l’accompagne, car le cadre fonctionne bien non seulement avec JavaScript mais aussi avec Angular et Vue.js.

En parlant de différentes solutions, il convient de mentionner que les développeurs travaillant avec NativeScript peuvent également utiliser des bibliothèques tierces (CocoaPods et SDK Android) sans wrappers.

De même que React Native, NativeScript permet d’accéder aux API natives Android et iOS, ce qui a un impact ouvertement positif sur l’application multiplateforme. La différence est, cependant, que si le premier appelle à la création d’API de pont, le second – selon les termes de TJ VanToll, Développeur principal avocat pour le progrès – «injecte toutes les API iOS et Android dans les machines virtuelles JavaScript». Une autre similitude avec le cadre de Facebook réside dans la réutilisation du code qui, dans les deux cas, peut atteindre 90%.

En ce qui concerne l’aspect technique de l’apparence de l’application finale, le cadre de Telerik stocke l’interface utilisateur dans des fichiers XML avec un style CSS. En fait, l’approche NativeScript de l’interface graphique est bien résumée par la devise «écrire une fois, courir partout». En pratique, cela signifie que même s’il permet de créer l’interface avec une plate-forme spécifique, le cadre met finalement plus l’accent sur le partage de code que sur le style natif individuel.

Xamarin

Si vous êtes sur le point de commencer à travailler sur votre produit révolutionnaire, React Native et Flutter ne sont pas les seules solutions disponibles. Xamarin est un autre cadre qui pourrait s’avérer parfait pour votre entreprise au début des années 2020. Cette framework open-source a été créée en 2011, ce qui en fait la plus ancienne de cette liste, mais elle n’a pris de l’ampleur qu’il y a cinq ans lorsqu’elle a été acquise par Microsoft. À ce jour, il compte une communauté de plus de 60 000 contributeurs.

Techniquement parlant, pour construire une application mobile multiplateforme avec Xamarin, vous devez avoir une bonne maîtrise de deux technologies: .NET et #C. Le premier est la plate-forme de développeur qui permet l’utilisation de plusieurs langages (y compris le langage de programmation C #), des éditeurs et des bibliothèques.

Xamarin complète ladite plate-forme avec un ensemble d’outils qui facilitent la création d’applications multiplateformes, par ex. bibliothèques spécifiques à la plate-forme, extensions d’éditeur et XAML. La deuxième technologie est C #, un langage de programmation orienté objet qui est considéré comme légèrement plus difficile à apprendre que JavaScript. Xamarin utilise ce langage de programmation pour écrire l’intégralité de l’application, du backend, via l’API native, à la logique métier.

Xamarin.Native et Xamarin.Forms

Ce qui distingue Xamarin des autres frameworks, c’est qu’il offre deux façons de compiler des applications mobiles multiplateformes: Xamarin Native (également appelé Xamarin.Android/iOS) et Xamarin.Forms. La première approche privilégie le partage de la logique métier et, en utilisant les contrôles d’interface natifs, permet des performances presque natives.

Ce dernier se concentre sur le partage de code plutôt que sur la logique métier, ce qui entraîne une augmentation de la proportion de réutilisation du code d’une part (avec Xamarin, les développeurs peuvent réutiliser jusqu’à 96% de leur code C #) et une baisse des performances du code de l’autre.

Vous avez peut-être déjà remarqué que les performances et l’interface graphique des applications mobiles multiplateformes sont étroitement liées, donc je ne serai probablement pas surpris si je dis que les deux approches de Xamarin pour créer des applications ont une influence majeure sur l’apparence finale de l’interface.

Alors que Xamarin.Android/iOS permet aux développeurs de travailler avec des contrôles et des dispositions natifs, Xamarin.Forms est basé sur les éléments d’interface utilisateur standard, ce qui permet de concevoir des applications à partir d’une seule API, mais en même temps, cela pourrait ne pas être suffisant si vous cherchez pour un look impeccablement natif.

2020 est-elle l’année du développement d’applications multiplateformes?

Oui et non – en fin de compte, tout dépend des objectifs de votre entreprise, de votre budget et des contraintes de temps. Néanmoins, la multiplateforme est certainement une direction à considérer, surtout si nous parlons de React Native et de Flutter.

Le premier est un cadre mature et stable utilisant l’un des langages de programmation les plus populaires et bénéficiant du soutien indéfectible d’une large communauté de développeurs. Ce dernier, d’autre part, est une technologie en évolution rapide qui, bien qu’elle soit beaucoup plus jeune que React Native, a déjà réussi à gagner le cœur de nombreux développeurs du monde entier.

Que vous choisissiez React Native, Flutter ou tout autre framework, l’approche multiplateforme vous permettra de gagner du temps et de l’argent tout en garantissant une portée maximisée sur le marché.

Auteur de l’article : manuboss